samedi 28 novembre 2015

Pierre-Jean Luizard : "Mossoul est une grande ville arabe et ne sera pas “libérée” par des Kurdes !"

"“L’Etat islamique nous connaît beaucoup mieux que nous ne le connaissons”

17/11/2015 | 16h00

Directeur de recherche au CNRS, Pierre-Jean Luizard décrypte la stratégie de Daesh, le choix de ses cibles et les moyens de le contrer. (...)

On a l’impression que plus on attaque l’Etat islamique sur son territoire, plus il grossit et nous attaque en retour. Sommes-nous en train de l’alimenter ?

Plus on l’attaque ? Jusqu’à présent, la riposte s’est limitée à des campagnes de bombardements aériens qui n’ont fait que souder un peu plus la population avec l’Etat islamique. Les Occidentaux comptent sur des forces locales (Kurdes, armée irakienne) et régionales pour éviter d’engager leurs soldats au sol. C’est le piège tendu par l’Etat islamique.

Car déléguer l’engagement au sol à des forces liées au conflit aggrave les choses et conforte l’Etat islamique dans sa propension à s’imposer comme seul défenseur des Arabes sunnites. Mossoul est une grande ville arabe et ne sera pas “libérée” par des Kurdes ! Il n’y aura pas de victoire face à l’Etat islamique sans volet politique qui évite, en Syrie, le piège du recours au régime de Bachar al-Assad."

Source : http://www.lesinrocks.com/2015/11/17/actualite/pierre-jean-luizard-chercheur-il-ny-aura-pas-de-victoire-purement-militaire-contre-daesh-11788361/

Voir également : Quand les forces nationalistes kurdes s'acoquinaient avec l'EIIL

Olivier Roy : "Les Kurdes, qu’ils soient syriens ou irakiens, ne cherchent pas à écraser Daech"

Denise Natali : "l'offensive sur Sinjar a mis à nu les profondes divisions au sein du camp kurde"

Robin Beaumont : "une politique de kurdification particulièrement autoritaire [dans le nord de l'Irak]"

Barzan/Barzanke : les nationalistes kurdes craignent que les lourds soupçons de crimes de guerre n'entachent leur image

Erbil fait pression pour différer l'opération militaire prévue à Mossoul

Irak : les peshmerga sont dans l'incapacité d'avancer profondément dans les zones arabo-sunnites

Les peshmerga kurdes ne méritent pas leur haute réputation militaire

Nord de l'Irak : les visées territoriales des peshmerga suscitent la colère des Arabes sunnites