mardi 1 septembre 2015

Juillet-août 2015 : la vague de terrorisme en Turquie (PKK, EI, DHKP-C)

11 juillet : le KCK (PKK) déclare la fin du cessez-le-feu en Turquie.

12 juillet : le PKK tire sur un minibus.

15 juillet : Bese Hozat (co-présidente du KCK) annonce l'avènement d'une nouvelle "guerre révolutionnaire du peuple" dans le quotidien pro-PKK Özgür Gündem.

19 juillet : Cemil Bayık (co-président du KCK) appelle à l'armement de la population kurde et à la construction de tranchées et de tunnels dans les villages kurdes.

20 juillet : attentat pro-EI (perpétré par Abdurrahman Alagoz, un Kurde originaire d'Adiyaman) contre un rassemblement pro-PYD à Suruç (32 morts), mort d'un sous-officier turc dans des affrontements avec le PKK à Adiyaman.

22 juillet : le PKK tue 2 policiers à leurs domiciles (Şanlıurfa), le PKK tue Ethem Türkben (membre du Hüda-Par, parti islamiste kurde) chez lui à Adana (devant sa femme et ses enfants).

23 juillet : un policier tué dans une embuscade du PKK (Diyarbakir).

24 juillet : le gouvernement turc décide d'organiser des frappes militaires contre les positions de l'EI (nord de la Syrie) et les bases du PKK (nord de l'Irak) en représailles.

28 juillet : enlèvement d'un policier par le PKK (Diyarbakir).

30 juillet : le PKK tue un policier et un civil.

31 juillet : le PKK tue deux policiers dans une attaque contre un poste de police à Adana.

Bilan pour le mois de juillet : 19 personnes tuées par le PKK en Turquie, des dizaines de blessés.

2 août : un attentat-suicide du PKK (au tracteur piégé) contre une gendarmerie (Dogubayazit) tue 2 gendarmes.

8 août : le PKK dépose une bombe sur une route de Cizre, l'explosion tue un civil, attaque (au lance-roquettes) du PKK tuant un policier à Cizre.

10 août : attentat-suicide du PKK contre un poste de police de Sultanbeyli (Istanbul) blessant 10 personnes (dont 7 civils), attentat du DHKP-C contre le consulat américain d'Istanbul, attentat du PKK contre une patrouille de police à Silopi (4 policiers tués).

12 août : tentative d'attentat-suicide par un membre du PKK (Diyarbakir), arrestation de ce dernier par la police.

Bilan pour la période du 21 juillet au 12 août (selon le Washington Post) : 90 attaques menées par le PKK en Turquie, causant la mort de 30 membres des forces de sécurité et de 11 civils.

17 août : meurtre d'un civil (Garip Bektaş, chauffeur de minibus de 35 ans, père de 2 enfants) par le PKK à un barrage routier illégal (Erzurum).

19 août : le PKK tue 12 soldats.

23 août : le PKK tue un policier de 20 ans (d'origine kurde) devant la maison de son père (Mardin).

27 août : attaque du PKK contre une caserne à Cizre, causant la mort de 3 civils, meurtre d'une femme par le PKK à un barrage routier illégal (Erzincan).

28 août : attentat à la bombe du PKK contre un bus transportant des policiers (Kiziltepe), blessant 24 personnes (dont 14 civils).

30 août : une bombe du PKK tue un jeune garçon kurde (Fırat Simpil, 13 ans) sur une route de Silvan, le PKK tue un policier et en blesse grièvement un autre à Diyarbakir, le PKK tue un policier et en blesse 4 autres à Silopi.

31 août : assassinat de Yunus Koçak (ex-membre de l'AKP) par le PKK (Diyarbakir), meurtre d'un civil (Abdullah Biroğul, médecin) par le PKK à un barrage routier illégal (Diyarbakir).

Voir également : Turquie, EI et PKK : quand les médias dérapent au détriment de l'éthique journalistique

Turquie : des familles kurdes endeuillées par la faute des suppôts du PKK

Attentat contre le meeting du HDP : le suspect (Orhan G.) est né dans une famille kurde alévie

Pourquoi le PKK est une organisation criminelle et terroriste : actes terroristes indiscriminés, attentats-suicides, kidnappings, trafic de drogue, trafic d'êtres humains, extorsions de fonds, blanchiment d'argent

Qui sont les victimes du PKK ?