mercredi 1 juillet 2015

Analyses de Wassim Nasr et de Jean-Pierre Filiu sur la stratégie de la Turquie envers l'EI

D'ordinaire, l'émission "28 Minutes" (Arte) ne brille pas particulièrement par la qualité et la pondération des interventions de ses invités, s'agissant de la Turquie : dernier exemple en date, la réalisatrice du film Mustang qui se plaignait de l'excision en Turquie, pourtant inexistante.

Toutefois, il faut admettre que le 29 juin, un journaliste (spécialiste du djihadisme) et un universitaire (spécialiste du monde musulman contemporain) ont pu s'exprimer avec rationalité et sans caricature sur la politique turque vis-à-vis de la situation chaotique en Syrie-Irak :



Wassim Nasr récuse les "raccourcis" sur le "soutien d'Erdogan à Daech", en soulignant plusieurs éléments :
- l'Etat turc est depuis longtemps en conflit avec le PKK, dont le PYD est la branche syrienne ;
- il a ouvert son espace aérien à la coalition ;
- il fournit une aide logistique au gouvernement de Bagdad (on pourrait aussi parler de l'armement précoce et de l'entraînement des peshmerga de Barzani) ;
- beaucoup de Kurdes de nationalité turque et irakienne se battent dans les rangs de l'EI ;
- l'Etat turc a ouvert ses hôpitaux et sa frontière aux réfugiés kurdes de Kobanê, au moment où les médias lui reprochaient de ne pas intervenir militairement à Kobanê (intervention à laquelle étaient opposés le PYD et son partenaire assadien...).

Jean-Pierre Filiu fait valoir que la rébellion syrienne d'Alep résiste pied à pied face à la progression de l'EI. Or, ces rebelles sont bombardés prioritairement par Assad (au bénéfice de l'EI) et sont soutenus par le gouvernement turc (un soutien entravé par Obama).

Voir également : Kobanê : les assaillants (en partie kurdes) de l'EI sont entrés via le territoire syrien, et non via la Turquie

Kobanê attaquée par des Kurdes de l'EI

Contrairement au mensonge des ultra-nationalistes kurdes sur les réseaux sociaux, la Turquie d'Erdogan ne soutient pas l'EI à Tell Abyad mais l'ASL (équipement)

Kobanê : réfutation des allégations autour d'une attaque de l'EI depuis le territoire turc

Frontière turco-syrienne : l'activiste kurde Saradar K. admet qu'il n'y a rien de suspect dans l'attitude des soldats turcs

Turquie, EI et PKK : quand les médias dérapent au détriment de l'éthique journalistique

Le mythe de l'abandon des Kurdes syriens par la Turquie

RAPPEL : la Turquie a déjà bombardé à plusieurs reprises les positions de l’Etat islamique (EIIL)

Terrorisme : Metin Karasular (un trafiquant de drogue et d'armes proche du PKK) avoue avoir été en contact avec Amedy Coulibaly

Selon une carte, le trafic de pétrole de l'EI passe par Hassakeh (contrôlée par le PYD et Assad) et le Kurdistan irakien

Selon le journaliste kurde Reshid Sekvan, il est arrivé à l'EI de passer des accords pragmatiques avec les "combattants kurdes" (YPG ou peshmerga ?)

Quand les forces nationalistes kurdes s'acoquinaient avec l'EIIL