mardi 3 février 2015

Une réfugiée kurde de Kobanê : "Je ne sais plus si je dois faire confiance au YPG, ils nous ont trompés une fois et on a failli le payer de notre vie"

"À La Une
"Nous avons eu la vie sauve, mais nous avons tout perdu"

syrie

Les jihadistes sont partis, mais Kobané ne retrouvera pas ses habitants de sitôt.

OLJ/AFP/Burak AKINCI

"Nous voulons tous rentrer. Mais rentrer où ?" Comme pour cette femme en pleurs, la fin de la bataille de Kobané a ravivé les rêves de retour des Syriens réfugiés en Turquie. Mais les combats y ont causé de tels dégâts qu'ils ne sont pas près de se concrétiser.

Pour nombre de ses habitants contraints à l'exode, l'euphorie suscitée lundi par la victoire des forces kurdes sur les jihadistes a été de courte durée. Très vite, les premiers témoignages ont franchi la frontière et révélé l'ampleur des destructions subies par Kobané pendant quatre mois et demi d'affrontements d'une intensité que certains ont comparé à celle du siège de la ville russe de Stalingrad, pendant la Seconde guerre mondiale.

"Toutes les maisons ont été détruites par les combats entre le YPG (la milice kurde à la pointe des combats) et Daech (le groupe Etat islamique)", déplore Ahmad Kemri, 60 ans, le proviseur d'un des lycées de la ville réfugié en Turquie. "Et les raids aériens ont encore rajouté à la dévastation", ajoute-t-il, en évoquant les nombreuses frappes aériennes menées sur des cibles jihadistes par les avions de la coalition internationale conduite par les Etats-Unis.

Pour M. Kemri, pas question pour l'instant de regagner la Syrie, donc.
Jusque-là hébergé dans le confort spartiate d'un pensionnat de Suruç, le professeur de mathématiques s'apprête à emménager avec sa famille dans le camp de toile de 35 000 places tout juste ouvert par les autorités turques aux abords de la ville.

L'une de ses voisines de chambre, Cemile Hasan, 36 ans, n'est guère plus optimiste sur ses perspectives de retour au pays, quatre mois après sa fuite précipitée devant l'offensive des combattants de l'EI.
"Notre patrie est notre bien le plus cher. Mais dans les conditions actuelles, un retour est tout simplement impossible à envisager", dit-elle, en réprimant un sanglot.

"Nous avons tout perdu"
"Franchement, je serais contente si nous pouvions rentrer dans un délai d'un an. Mais je suis optimiste en disant cela car il va falloir tout reconstruire",
pronostique-t-elle en déplorant sa condition de "nomade". (...)

Son nourrisson d'à peine 15 jours sur les bras, Stera Hussein, 29 ans, garde un très mauvais souvenir des conditions de sa fuite précipitée en Turquie l'automne dernier.
"C'était atroce. Le YPG nous a dit pendant des jours que nous ne risquions rien, qu'ils assuraient notre sécurité. Et puis d'un seul coup, ils nous ont demandé de partir dans l'heure, sans rien pouvoir prendre avec nous", enrage la jeune femme, "on a eu la vie sauve, mais nous avons tout perdu".

Alors, même si les Turcs lui ouvraient grand la frontière, même si les miliciens kurdes lui assuraient que la sécurité était restaurée côté syrien, Stera assure qu'elle y réfléchira à deux fois avant de se risquer à traverser la frontière dans l'autre sens. "Je ne sais plus si je dois faire confiance au YPG", s'interroge-t-elle, "ils nous ont trompés une fois et on a failli le payer de notre vie"."

Source : http://www.lorientlejour.com/article/908754/nous-avons-eu-la-vie-sauve-mais-nous-avons-tout-perdu.html

Voir également : Idam Mohammed (réfugié kurde de Kobanê) : "que Dieu bénisse la Turquie pour tout ce qu'elle a fait pour nous"

La gratitude d'un réfugié kurde de Kobanê : "le gouvernement turc nous a beaucoup aidés"

Kobanê : des Kurdes réfugiés à Suruç (Turquie) critiquent le PKK-PYD

Sheran Ibrahim (un ancien leader du PYD) : "la politique volontariste du PYD pour dominer le Rojava a eu pour résultat l'avancée de l'EI dans les zones kurdes"

Ibrahim Biro (secrétaire général du parti kurde Yekiti) : les combattants des partis kurdes ont été "détenus, harcelés et exilés" par le PYD

Mustafa Osso (Conseil national kurde) dénonce l'enrôlement forcé de centaines de jeunes Kurdes (et non-Kurdes) dans les YPG

Massoud Barzani (novembre 2013) : "le PYD essaie par la force des armes et en accord avec le régime syrien d'imposer un état de fait"