lundi 20 octobre 2014

Mevlüt Çavuşoğlu : "Nous aidons les forces des peshmerga à franchir la frontière pour aller à Kobanê"

TURKEY HELPING KURDISH PESHMERGA FORCES PASS INTO KOBANI, SAYS FM ÇAVUŞOĞLU

    Daily Sabah
    Updated : 20.10.2014 13:04:35

ISTANBUL — Turkey is helping Kurdish peshmerga forces pass into the Syrian border town of Kobani, said Turkish Foreign Minister Mevlüt Çavuşoğlu on Monday at a press conference he held together with his Tunisian counterpart Monghi Hamdi.

Turkey has transported humanitarian aid to Kobani and has been in full cooperation with the coalition, Çavuşoğlu said.

"We are evaluating the military and medical assistance airdropped by U.S. (to Kurds fighting in Kobani) within this framework," Çavuşoğlu said.

"We are helping peshmerga forces to cross into Kobani."

Turkey wants those from Kobani to live in peace in their hometown, Çavuşoğlu said.
He further stated, "As long as PYD (considered the Syrian branch of PKK) pursues its intensions, it cannot get the support of the free Syrian army and Turkey."
Source : http://www.dailysabah.com/politics/2014/10/20/turkey-helping-kurdish-peshmerga-forces-pass-into-kobani-says-fm-cavusoglu

La Turquie soutient les Kurdes d'Irak

Par: rédaction
20/10/14 - 12h36  Source: Belga

La Turquie a pris des mesures pour aider les combattants kurdes d'Irak à rejoindre, via son territoire, la ville syrienne kurde de Kobané assiégée par les jihadistes, a annoncé lundi le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu.

"Nous aidons les forces des 'peshmergas kurdes' à franchir la frontière pour aller à Kobané", a déclaré M. Cavusoglu lors d'un conférence de presse avec son homologue tunisien, Mongi Hamdi, sans autres précisions. "Nous n'avons jamais voulu que Kobané tombe. La Turquie a mené différentes initiatives pour l'empêcher", a poursuivi le ministre.

Ankara inflexible
Malgré les pressions de ses alliés, Etats-Unis en tête, le gouvernement islamo-conservateur d'Ankara a jusque-là refusé d'intervenir militairement pour venir en aide aux combattants kurdes syriens qui résistent depuis plus d'un mois aux forces du groupe Etat islamique. Dimanche, le président Recep Tayyip Erdogan a rejeté catégoriquement tous les appels lancés à son pays pour qu'il fournisse directement des armes aux combattants des Unités de protection du peuple (YPG), la branche armée du Parti de l'union démocratique (PYD) qu'il a accusé d'être une "organisation terroriste".

Kurdistan irakien
La Turquie de M. Erdogan entretient par contre de bonnes relations avec la région autonome kurde d'Irak, dont les combattants "pershmergas" sont à la pointe du combat contre l'EI dans le nord de l'Irak.
La semaine dernière, le président français François Hollande avait estimé que la Turquie devait "absolument ouvrir" sa frontière avec la Syrie pour permettre de renforcer les combattants kurdes qui la défendent.

Les Etats-Unis ont procédé tôt lundi matin sur Kobané à un premier largage aérien d'armes et de munitions destinées aux forces kurdes.
Source : http://www.7sur7.be/7s7/fr/31902/La-menace-EI/article/detail/2095321/2014/10/20/La-Turquie-soutient-les-Kurdes-d-Irak.dhtml

Voir également : Ahmet Davutoğlu : "près de 300 membres du PYD sont rentrés en Turquie en déposant leurs armes"

Massoud Barzani révèle que la Turquie d'Erdogan a secrètement envoyé des armes aux peshmerga en août dernier

La Turquie renforce la sécurité à sa frontière face à l'Etat islamique

RAPPEL : la Turquie a déjà bombardé à plusieurs reprises les positions de l’Etat islamique (EIIL)

Mauvaise nouvelle pour les groupies d'Assad et du PKK : François Hollande soutient le projet de Recep Tayyip Erdoğan sur une zone tampon

"Sauver Kobanê" ? Salih Muslim (leader du PYD, branche syrienne du PKK) s'oppose catégoriquement à une intervention turque

Erbil : des manifestants pro-PYD attaquent au couteau des journalistes de l'agence kurde Rudaw

Syrie : la répression du PKK-PYD-YPG contre les partisans du PDK de Barzani

Massoud Barzani (novembre 2013) : "le PYD essaie par la force des armes et en accord avec le régime syrien d'imposer un état de fait"