jeudi 11 septembre 2014

Les zones contrôlées par le PKK-PYD-YPG en Syrie : arrestations arbitraires, torture, meurtres inexpliqués et disparitions

Syria: Abuses in Kurdish-run Enclaves
Arbitrary Arrests, Unfair Trials; Use of Child Soldiers
June 19, 2014

(New York) – Kurdish authorities running three enclaves in northern Syria have committed arbitrary arrests, due process violations, and failed to address unsolved killings and disappearances, Human Rights Watch said in a report released today.

The Democratic Union Party (PYD), an offshoot of the Kurdistan Workers’ Party (PKK) in Turkey, has effectively ruled the three predominantly-Kurdish enclaves since Syrian government forces withdrew from the areas in 2012, running a local administration with courts, prisons, and police.


The 107-page report, “Under Kurdish Rule: Abuses in PYD-Run Enclaves of Syria,” documents arbitrary arrests of the PYD’s political opponents, abuse in detention, and unsolved abductions and murders. It also documents the use of children in the PYD’s police force and armed wing, the People’s Protection Units (YPG).

“The Kurdish-run areas of Syria are quieter than war-torn parts of the country, but serious abuses are still taking place,” said Nadim Houry, deputy Middle East and North Africa director. “The PYD is firmly in charge, and can halt the abuse.”

In January 2014, the PYD and allied parties established a transitional administration in the three northern regions: `Afrin (Êfrîn in Kurdish), Ain al-`Arab (Kobani), and Jazira (Cezire). They have formed councils akin to ministries and introduced a new constitutional law.

The PYD allowed Human Rights Watch to visit the three areas they control, but because of security concerns only a visit to Jazira was possible. There Human Rights Watch visited two prisons in February 2014 and had unrestricted access to officials, prisoners, and others.

Human Rights Watch documented several cases in which the PYD-run police, known as the Asayish, appear to have arrested members of Kurdish opposition parties due to their political activity. In some cases, Kurdish opposition members have been convicted in apparently unfair trials, usually for alleged involvement in a bomb attack.

People detained for common crimes said they had been arrested without a warrant, were denied access to a lawyer and were held for long periods in detention before seeing a judge.

At least nine political opponents of the PYD have been killed or disappeared over the past two and half years in areas the party partially or fully controlled. The PYD has denied responsibility for these incidents but has apparently failed to conduct genuine investigations. By contrast, the party-run security forces have carried out rapid mass arrests after most bomb attacks, presumably carried out by extremist Islamist militant groups.

The YPG maintains external security in the three PYD-run areas, and is fighting Islamist non-state armed groups, primarily Jabhat al-Nusra and the Islamic State of Iraq and the Sham (ISIS).

On May 29, ISIS forces entered the village of al-Taliliya near Ras al ‘Ayn in Jazira and executed at least 15 civilians, including six children, village residents and first responders told Human Rights Watch. In recent months, ISIS has also reportedly abducted hundreds of Kurdish civilians in Aleppo province and executed several Kurdish civilians they suspected of belonging to the YPG.

The PYD and local administration officials say that the local judiciary and newly established “People’s Courts” are independent, but lawyers and human rights activists described political interference in investigations and trials. In some cases, judges have apparently convicted people based only on their confessions, and disregarded complaints of abuse during interrogation.

Some detainees told Human Rights Watch that the security forces had beaten them in custody and were never held to account. In two recent cases involving the Asayish, the beatings victims died.
In one case the force member who beat the prisoner was punished. In the other, the Asayish said the victim had killed himself by striking his head against a wall. But a person who saw the body said the victim’s wounds – including deep bruises around the eyes and a laceration on the back of the neck – were inconsistent with self-inflicted blows to the head.

The two prisons that Human Rights Watch visited – in Qamishli (Qamishlo) and Malikiyah (Dêrik) – appeared to meet basic international standards. Prisoners said they got food three times a day and exercise at least once a day, and were able to see a doctor if needed. The two women in Malikiyah prison at the time were held together in a separate cell. The men in both prisons were held in group cells, regardless of whether they were accused of minor or serious crimes.

A PYD-led effort to reform Syria’s law in the Kurdish-run areas is complicating the justice system, Human Rights Watch found. Some Syrian laws need amending because they violate international human rights standards, but the haphazard and non-transparent reform process has left lawyers, detainees and even officials confused about the laws currently in effect.

In a positive development, the new constitution introduced in January, called the Social Contract, upholds some important human rights standards and bans use of the death penalty.

Human Rights Watch found that, despite promises from the Asayish and YPG in 2013 to stop using children under age 18 for military purposes, the problem persists in both forces. On June 5, the YPG publicly pledged to demobilize all fighters under age 18 within one month.

The internal regulations for both forces forbid the use of children under age 18. International law applicable in Syria for non-state armed groups sets 18 as the minimum age for recruitment and participation in direct hostilities, which includes using children as scouts, couriers, and at checkpoints.

Human Rights Watch also investigated the violent incidents in Amuda (Amûdê) on June 27, 2013, when YPG forces used excessive force against anti-PYD demonstrators, shooting and killing three men. The security forces killed two more men that night in unclear circumstances, and a third the next day. On the night of June 27, YPG arbitrarily detained around 50 members or supporters of the opposition Yekiti Party in Amuda, and beat them at a military base.

The PYD-led administration, as the de facto authority in `Afrin, Ain al-`Arab and Jazira, is required to respect international human rights law and international humanitarian law. These include prohibitions on torture, arbitrary detention, and the use of child soldiers, and obligations to hold fair trials before regularly constituted courts.

To address the shortcomings, Human Rights Watch recommends steps that include forming an independent commission to review the cases of alleged political prisoners, and releasing anyone found to have been detained arbitrarily. A clear mechanism should be established for detainees to report abuse during arrest, interrogation or detention, followed by legal action against those responsible in regularly constituted courts.

The newly established courts should apply Syrian law, amended where needed to comply with international human rights standards. All changes to Syrian laws should be promptly published and distributed.

The Asayish and YPG should cease their recruitment of anyone under age 18 and decommission the children currently in their forces.

“The Kurdish leadership in northern Syria can do much more to protect the human rights of everyone in the areas it controls – Kurds, Arabs, Syriacs, and others,” Houry said. “Even in an interim administration it should govern inclusively with respect for critical views.”
Source : http://www.hrw.org/news/2014/06/18/syria-abuses-kurdish-run-enclaves

En français :
Syrie : Des abus sont commis dans les enclaves sous contrôle kurde
Parmi les violations figurent des arrestations arbitraires, des procès iniques et l'utilisation d'enfants soldats

19 juin 2014

(New York) – Les autorités kurdes qui contrôlent trois enclaves dans le nord de la Syrie ont commis des arrestations arbitraires, violé le droit des détenus à un procès équitable, et failli à leur responsabilité d’enquêter sur des meurtres et des cas de disparitions non élucidés, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd'hui.

Le Parti de l'union démocratique (Partiya Yekîtiya Demokrat, PYD), affilié au Parti des travailleurs du Kurdistan (Partiya Karkerên Kurdistan, PKK) qui opère en Turquie, gouverne de facto les trois enclaves à majorité kurde de la Syrie depuis que les forces gouvernementales syriennes s'en sont retirées en 2012, et y a établi une administration locale avec ses tribunaux, ses prisons et sa police.


Ce rapport de 107 pages, intitulé « Under Kurdish Rule: Abuses in PYD-Run Enclaves of Syria » (« Sous gouvernance kurde: Violations des droits humains dans les enclaves contrôlées par le PYD en Syrie ») documente des arrestations arbitraires d'opposants politiques du PYD, des exactions commises à l'encontre de détenus et des affaires non élucidées d'enlèvement et de meurtre. Il documente également l'utilisation d'enfants dans les rangs des forces de police du PYD et de sa branche armée, les Unités de protection du peuple (Yekîneyên Parastina Gel, YPG).


« Les régions de la Syrie gouvernées par les autorités kurdes sont certes plus calmes que celles où la guerre fait rage, mais ne sont toutefois pas exemptes de graves violations des droits humains», a déclaré Nadim Houry, directeur adjoint de la division Moyen-Orient et Afrique. « Le PYD y exerce solidement son contrôle, il a donc les moyens de faire cesser ces abus.»

En janvier 2014, le PYD et les partis qui lui sont alliés ont créé une administration de transition dans les trois enclaves kurdes du nord du pays: Afrin (Êfrîn en kurde), Ain al-Arab (Kobani) et Jazira (Cezire). Ils ont formé des conseils s'apparentant à des ministères, et ont instauré une nouvelle constitution.

Le PYD a autorisé Human Rights Watch à visiter les trois zones qu'il contrôle mais, pour des raisons de sécurité, seule une visite de la région de Jazira a été possible. Sur place, Human Rights Watch a visité deux prisons en février 2014 et a bénéficié d'un accès non limité à des responsables et à des détenus, entre autres personnes.

Human Rights Watch a documenté plusieurs cas dans lesquels la police contrôlée par le PYD, connue sous le nom d'Asayish, semble avoir arrêté des membres de partis kurdes d'opposition en raison de leurs activités politiques. Dans certains cas, des membres de l'opposition kurde ont été condamnés, lors de procès apparemment iniques, en général pour avoir été prétendument impliqués dans un attentat à la bombe.


Des personnes incarcérées pour des crimes de droit commun ont affirmé qu'elles avaient été arrêtées sans mandat, qu'on leur avait refusé l'accès à un avocat et qu'elles avaient été maintenues en garde à vue pendant de longues périodes avant d'être présentées à un juge.


Au moins neuf opposants politiques du PYD ont été tués ou ont disparu sans laisser de traces au cours des deux années et demie qui viennent de s'écouler, dans des zones qui sont sous le contrôle total ou partiel du parti. Le PYD a nié toute responsabilité dans ces incidents mais il s'est apparemment abstenu de mener de véritables enquêtes. En revanche, les forces de sécurité contrôlées par le parti ont rapidement effectué des arrestations massives à la suite de la plupart des attentats à la bombe, qui sont présumés avoir été commis par des groupes islamistes extrémistes.

Les forces de l’YPG assurent la sécurité dans les trois zones contrôlées par le PYD et combattent les groupes armés islamistes non étatiques, en particulier Jabhat al-Nusra et l'État islamique d'Irak et de Syrie (ISIS).

Le 29 mai, les forces de l'ISIS sont entrées dans le village d'al-Taliliya, près de Ras al ‘Ayn dans l'enclave de Jazira, et ont exécuté au moins 15 civils, dont six enfants, selon des témoignages recueillis par Human Rights Watch auprès d'habitants du village et de membres des services de secours. Au cours des récents mois, l'ISIS est également réputé avoir enlevé des centaines de civils kurdes dans la province d'Alep et exécuté plusieurs civils kurdes qu'il soupçonnait d'appartenir à l’YPG.

Le PYD et les responsables de l'administration locale affirment que le système judiciaire local et les « Tribunaux du peuple » récemment créés sont indépendants, mais des avocats et des militants des droits humains ont fait état d'ingérences politiques dans le déroulement des enquêtes et des procès. Dans certains cas, les juges ont apparemment déclaré des personnes coupables en se fondant sur leurs seuls aveux, sans tenir compte de leurs affirmations selon lesquelles elles avaient été maltraitées pendant leurs interrogatoires.

Certains détenus ont affirmé à Human Rights Watch que les forces de sécurité les avaient passés à tabac lorsqu'ils étaient sous leur contrôle et qu'elles n'avaient jamais été amenées à rendre des comptes pour ces actes. Dans deux cas récents dans lesquels l'Asayish est concernée, les victimes de ces mauvais traitements sont mortes.
Dans l'un des deux cas, le membre de l'Asayish qui a passé à tabac le détenu a été puni. Dans l'autre cas, l'Asayish a affirmé que la victime s'était donné la mort en se cognant la tête contre un mur. Mais une personne qui a vu le corps de cette victime a affirmé que les blessures – notamment d'importantes ecchymoses autour des yeux et une coupure derrière le cou – ne cadraient pas avec l'hypothèse de coups volontaires à la tête.

Les deux prisons visitées par Human Rights Watch – à Qamishli (Qamishlo) et à Malikiyah (Dêrik) – semblaient conformes aux normes internationales de base. Les détenus ont affirmé qu'ils étaient nourris trois fois par jour, qu'ils pouvaient faire de l'exercice au moins une fois par jour et avaient la possibilité de consulter un médecin si nécessaire. Les deux femmes incarcérées à la prison de Malikiyah à l'époque étaient détenues ensemble dans une cellule à part. Dans les deux prisons, les hommes étaient détenus en groupes dans des cellules, quelle que soit la gravité des crimes dont ils étaient accusés.

Un effort mené par le PYD afin de réformer la loi syrienne dans les régions contrôlées par les Kurdes a eu pour effet de compliquer le système judiciaire, a constaté Human Rights Watch. Certaines lois syriennes ont besoin d'être amendées car elles sont en contradiction avec les normes internationales en matière de droits humains, mais un processus de réforme mal organisé et opaque a semé la confusion parmi les avocats, les détenus et même les responsables, en ce qui concerne les lois actuellement en vigueur.

Un élément positif est le fait que la nouvelle constitution instaurée en janvier, appelée le Contrat social, défend plusieurs normes importantes en matière de respect des droits humains et interdit la peine de mort.

Human Rights Watch a constaté que, malgré les promesses faites en 2013 par l'Asayish et par l’YPG de cesser d'utiliser des enfants de moins de 18 ans à des fins militaires, le problème persistait au sein des deux forces.
Le 5 juin, l’YPG s’est publiquement engagée à démobiliser en un mois tous ses combattants âgés de moins de 18 ans.

Les règlements internes des deux forces leur interdisent l'utilisation d'enfants de moins de 18 ans. Le droit international applicable en Syrie pour les groupes armés non étatiques fixe à 18 ans l'âge minimum requis pour le recrutement et la participation directe à des hostilités, ce qui inclut l'utilisation d'enfants comme éclaireurs ou émissaires, ainsi qu'à des postes de contrôle.

Human Rights Watch a également enquêté sur les violents incidents survenus à Amuda (Amûdê) le 27 juin 2013, lorsque l’YPG a recouru à une force excessive contre des manifestants anti-PYD, tuant trois hommes par balles. Les forces de sécurité ont tué deux autres hommes cette nuit-là dans des circonstances peu claires, ainsi qu'un troisième le lendemain. Au soir du 27 juin, l’YPG a arrêté arbitrairement une cinquantaine de membres ou de partisans du parti d'opposition Yekiti à Amuda, et les ont emmenés dans une base militaire où ils les ont passés à tabac.

En tant que représentante de facto de l'autorité dans les enclaves d'`Afrin, Ain al-`Arab et Jazira, l'administration dirigée par le PYD est tenue de respecter les normes internationales en matière de droits humains et le droit humanitaire international. Cela implique l'interdiction de la torture, des arrestations arbitraires et de l'utilisation d'enfants soldats, ainsi que l'obligation de tenir des procès équitables devant des tribunaux légalement constitués.

Afin de corriger ces défauts, Human Rights Watch recommande l'adoption de mesures comprenant la création d'une commission indépendante chargée d'examiner les cas dans lesquels des personnes sont réputées être détenues pour des raisons politiques, et la libération de quiconque s'avère avoir été arrêté arbitrairement. Un mécanisme clair devrait être créé pour permettre aux détenus de dénoncer les mauvais traitements subis lors de leur arrestation, leurs interrogatoires ou leur détention, et des procédures judiciaires devraient être engagées contre les responsables devant des tribunaux légalement constitués.

Les tribunaux nouvellement créés devraient appliquer la loi syrienne, amendée si nécessaire afin de la rendre conforme aux normes internationales en matière de droits humains. Tous les changements apportés à la loi syrienne devraient être rapidement rendus publics et largement diffusés.

L'Asayish et l’YPG devraient cesser de recruter quiconque n'ayant pas atteint l'âge de 18 ans et démobiliser les enfants qui se trouvent actuellement au sein de leurs forces.

« Les autorités kurdes dans le nord de la Syrie peuvent faire beaucoup plus pour protéger les droits humains de tous dans les zones qu'elles contrôlent – Kurdes, Arabes, Syriaques et autres », a affirmé Nadim Houry. « Même en tant qu'administration temporaire, elles devraient gouverner de manière inclusive en respectant les points de vue critiques. »
Source : http://www.hrw.org/fr/news/2014/06/19/syrie-des-abus-sont-commis-dans-les-enclaves-sous-controle-kurde

Voir également : Qui sont les victimes du PKK ?

La biographie du terroriste polpotiste Abdullah Öcalan

Le PKK et le trafic de drogue