mardi 3 décembre 2013

Echec du pankurdisme : le projet de conférence nationale kurde repoussé aux calendes grecques

Mardi 3 décembre 2013
Le projet de ligue pan-kurde tombe à l’eau

Par Gilles Munier (Afrique Asie – décembre 2013)*

Les pays limitrophes de la Région autonome du Kurdistan irakien peuvent souffler : la 1ère conférence nationale kurde qui devait se tenir le 25 novembre dernier à Erbil, présentée comme historique et qui l’aurait été, a été reportée à une date ultérieure, voire… aux calendes grecques. Elle devait réunir  600 représentants d’organisations kurdes d’Irak, de Turquie, de Syrie et d’Iran – toutes tendances confondues – pour donner naissance à une sorte de ligue pan-kurde chargée de créer des entités autonomes dans les trois autres Kurdistans. Ils devaient également entériner la carte des frontières du Grand Kurdistan à peu près identique de celle dessinée par les néo-conservateurs américains. D’abord programmée le 24 août dernier, puis le 15 septembre, la conférence avait été à nouveau reportée pour des raisons « techniques » : ne pas interférer avec la campagne pour les élections législatives d’octobre au Kurdistan irakien, et décider si les Kurdes israéliens devaient ou non participer aux débats.

En fait, le projet n’a pas résisté au bras de fer opposant Massoud Barzani au PKK d’Abdulah Öcalan à propos de la situation en Syrie et du devenir de sa région kurde. Malgré l’accord signé en juillet dernier à Erbil, sous l’égide de Massoud Barzani, entre le PYD (Parti de l’union démocratique, émanation du  PKK) et le KNC (Conseil national kurde, regroupant 14 partis kurdes syriens dont le Parti démocratique kurde de Syrie, correspondant local du PDK dirigé par Barzani en Irak), les Kurdes syriens ne s’entendent que pour repousser les assauts du Front al-Nosra et de l’Etat islamique en Irak et au Levant. La décision prise par le PYD de créer une « administration locale provisoire » dans ce qu’il appelle le Kurdistan occidental – Rojava, en kurde – inquiète au plus haut point les tenants du système Barzani basé sur le féodalisme et la corruption. Sur le terrain, pour l’instant, l’imbroglio kurde est total : des peshmergas envoyés par le chef kurde irakien – favorable à l’Armée syrienne Libre (ALS) et copinant avec Recep Erdogan - combattent aux côtés des militants du PYD, objectivement pro-Bachar al-Assad, et anti-turcs !

*Afrique Asie : http://www.afrique-asie.fr/
et :
http://www.wobook.com/WBD84sk8pz2a-f 
Source : http://www.france-irak-actualite.com/article-le-projet-de-ligue-pan-kurde-tombe-a-l-eau-121410638.html