mardi 24 janvier 2012

Eutelsat retire la chaîne pro-terroriste ROJ TV de sa liste de chaînes satellitaires

Ankara hails halt to ROJ TV

ANKARA - Hürriyet Daily News
Ankara welcomed a decision by France-based satellite company Eutelsat to remove ROJ TV from the list of satellite channels it offers in line with a recent Danish court verdict.


Turkey hopes other institutions will also take such action in line with their legal and human responsibilities, Foreign Minister Ahmet Davutoğlu said Jan. 20, adding that Turkey would be following other institutions to see if they comply as well.

A Copenhagen court delivered a verdict Jan. 10, ruling that ROJ TV was an instrument of the outlawed Kurdistan Workers’ Party (PKK) through its financial, structural and operational ties.


 After the verdict, Eutelsat decided to stop offering ROJ TV and asked other distributors to do likewise, stating that it was doing so to comply with the court verdict.


ROJ TV does not own studios in Denmark, but broadcasts to 68 countries from Copenhagen via satellite.
The PKK is listed as a terrorist organization by Turkey, the European Union and the United States.

January/21/2012
Source : http://www.hurriyetdailynews.com/ankara-hails-halt-to-roj-tv.aspx?pageID=238&nID=11960&NewsCatID=338

mardi 17 janvier 2012

Vers une alliance entre la Turquie et les Kurdes d'Erbil contre le gouvernement islamiste chiite d'al-Maliki (à Bagdad) ?

Iraq dilemma: Arbil thaw vs Baghdad chill

ANKARA – Hürriyet Daily News
Turkish-Iraqi ties have seen a hectic day as both countries summoned each other’s ambassador to express unease over each other’s policies on an ongoing sectarian conflict in Iraq. In the meantime, Turkey is becoming closer with Arbil, a city at odds with al-Maliki’s rule

Sevil Küçükkoşum

Already tense ties between Turkey and Iraq were further strained yesterday as both countries summoned each other’s ambassador to accuse one another of interfering in the internal affairs in the wake of growing sectarian conflict in war-torn Iraq.

The rise in tension between the neighboring countries apparently made Ankara and Arbil become closer as Turkey’s most senior diplomat held unannounced meetings with Masoud Barzani, leader of the Kurdistan Regional Government, over the weekend.


The first move came Monday morning from Iraq when Deputy Foreign Minister Muhammed Jawad al-Dooreki summoned Yunus Demirer, Turkish ambassador in Baghdad, urging his government to consider the “necessity of avoiding anything that might disturb” good relations.

The Iraqi move came a week after Prime Minister Recep Tayyip Erdoğan said Iraq’s neighbors should not stoke Sunni-Shiite tensions in Iraq, which he said could engulf the entire Islamic world, and said Iraq faced a “historical” responsibility. The same day Erdoğan held a phone conversation with Iraqi Prime Minister Nouri al-Maliki and reiterated Turkey’s concerns.

“The Turkish ambassador gave assurances that Turkish officials’ statements were in good faith and he will inform his government in Ankara of the Iraqi position,” an Iraqi Foreign Ministry statement said Jan. 16. In return, Demirer underlined that the situation in Iraq was a concern for all regional countries and required a holistic approach for the solution, a diplomatic source told the Hürriyet Daily News yesterday.

Ties between Baghdad and Ankara have been strained by Turkey’s position on the Shiite-led government’s move to arrest Sunni Vice President Tariq al-Hashemi, a measure that has triggered political turmoil that risks stirring more sectarian tensions.

Instant retaliation from Ankara

Hours after its envoy to Baghdad was summoned, Ankara invited Iraq’s ambassador to Turkey in a move to express the Turkish government’s disturbances over al-Maliki’s recent statement, warning that Turkey itself would suffer if its interventions in Iraq sparked conflict in the Middle East.

“Recently we noticed their surprise interventions with statements, as if Iraq is controlled or run by them,” al-Maliki said in an interview with private al-Hurra television channel late Friday. “Their latest statements interfered in domestic Iraqi affairs… and we do not allow that absolutely. If it is acceptable to talk about our judicial authority, then we can talk about theirs; and if they talk about their disputes, we can talk about theirs.” In further remarks, al-Maliki warned that “Turkey is playing a role that might bring disaster and civil war to the region, and Turkey will suffer because it has different sects and ethnicities.”

Al-Maliki’s strongly worded statement was not left unanswered by Ankara, which invited Iraq’s Ambassador to Turkey Abdul Kamil Tabikh to the Foreign Ministry late Jan. 16 when the Hürriyet Daily News went to print. Apart from voicing criticisms about al-Maliki’s statement, Ankara reiterated its policy to Iraq with calls on Iraqi officials to responsibly deal with the ongoing sectarian conflict.

Maliki’s statements ‘imprudent’

In a separate reaction, Ömer Çelik, deputy leader of the Justice and Development Party (AKP), slammed al-Maliki through his Twitter account.

Describing al-Maliki as the leader of an organization rather than a state and his statements as imprudent, Çelik said, “Words targeting Turkey are not compatible with the responsibility of the ‘Iraqi Prime Minister.’ He is fulfilling ‘other responsibilities.’”

Accusing al-Maliki of aiming to run a Shiite-dominated country, Çelik warned that Iraq might be a satellite country in the future under his rule.

“From now on Iraq has a serious al-Maliki problem. Turkey has no problem with Iraq and fully supports Iraq’s unity,” Çelik said.

Ankara-Arbil alliance?


At a moment when Ankara-Baghdad ties were put into a deeper spat, Foreign Ministry Undersecretary Feridun Sinirlioğlu’s unannounced visit to Arbil sparked fresh thoughts about a possible Ankara-Arbil alliance in the face of ongoing internal conflict in Iraq.


Sinirlioğlu met with Masoud Barzani and Iraqi Kurdistan Democratic Party leader Nechirvan Barzani to discuss a variety of issues including the ongoing political crisis in Iraq, the fight against the outlawed Kurdistan Workers’ Party (PKK) and other bilateral matters.


That visit came after Arbil’s relations with Baghdad were also strained
as Masoud Barzani refused to hand over al-Hashemi, who was accused of establishing a criminal gang in the capital.

Turkish diplomatic sources would neither confirm nor deny a potential meeting between Sinirlioğlu and al-Hashemi, who has near-perfect relations with Ankara. Al-Hashemi, who is currently holed up in Iraq’s Kurdish region, has mooted the possibility of going to Turkey, even though officials have barred him from overseas travel.

Meanwhile, the Iraqi judiciary says a court in Baghdad has ruled that the Sunni vice president must stand trial on terror charges in Baghdad, not the northern city of Kirkuk, the Associated Press reported. Al-Hashemi escaped to the semi-autonomous northern Iraq, out of reach of authorities in Baghdad.

January/17/2012
Source : http://www.hurriyetdailynews.com/iraq-dilemma-arbil-thaw-vs-baghdad-chill.aspx?pageID=238&nID=11640&NewsCatID=338

Voir également : Irak : les intérêts des Kurdes et des Arabes chiites (représentés par al-Maliki) divergent de plus en plus à Kirkouk

jeudi 5 janvier 2012

Visite d'Ismail Haniyeh en Turquie : le leader du parti extrémiste kurde BDP, Selahattin Demirtaş, soutient le Hamas



Reuters Pictures 2 days ago

Hamas' Gaza leader Ismail Haniyeh (R) shakes hands with Peace and Democracy Party (BDP) Leader Selahattin Demirtas as he arrives at a meeting at the Turkish parliament in Ankara January 3, 2012.
Source : http://www.daylife.com/photo/0fFbfrQdHfdZ1?__site=daylife

Palestinian Prime Minister Ismail Haniyeh, who visits Turkey, had a conversation with BDP-leader Selahattin Demirtas. According to Milliyet-writer Namik durukan, Haniyeh invited Demirtas to Jerusalem, and said "Jerusalem is waiting for Salahaddin" (referring to the first name of Demirtas and to the historical Saladin who freed Jerusalem from the crusaders).

Despite of being opposition, we always support AKP's position regarding the Palestinian issue, Demirtas was quoted saying. Haniyeh answered: "We hope that you (Kurds) will get all your rights, and your own identity". Demirtas: "We would like to see a free Palestine". Haniyeh's reply: "We look forward to the freedom of Diyarbakir".
Source : http://www.topix.com/forum/world/turkey/TGBUKL6PG24OLL82B

mercredi 4 janvier 2012

Israël et le problème du terrorisme kurde

Philippe Boulanger, Géopolitique des Kurdes, Paris, Ellipses, 2006 :

"L'accord militaire d'avril 1996 entre Israël et la Turquie, outre les avantages que les deux parties semblent y trouver, est tourné contre les Kurdes et surtout le PKK. En effet, Israël envisage à long terme son approvisionnement en eau qui passe(ra) nécessairement par le Tigre et l'Euphrate, c'est-à-dire en Turquie et plus précisément en zone kurde. Les Israéliens escomptent alors des autorités turques un arrangement aquifère qui leur soit favorable s'ils aident Ankara à éradiquer le PKK et à capturer son chef, Abdullah Öcalan. Comme l'avait bien pressenti Robert Olson, qui conseillait à ce dernier de ne pas utiliser son téléphone cellulaire, l'aide israélienne à la capture d'Apo en 1999 sera précieuse. Dénoncé par les pays arabo-musulmans et l'Iran comme une trahison à l'égard de la solidarité islamique contre l'« ennemi sioniste », cet accord militaire entre deux puissances politiques et militaires régionales tient bon jusqu'à présent. Il faut dire que les politiques et les militaires israéliens ne se sont pas prononcés sur la candidature turque à l'entrée dans l'Union européenne. L'alliance turque sécurise Israël face à la Syrie et à l'implosion de l'Irak, et lui permet d'envisager son approvisionnement en eau avec plus de sérénité. La Jordanie s'est d'ailleurs rapprochée de la Turquie et, par là même, d'Israël : les intérêts israéliens et jordaniens en ce qui concerne la question palestinienne sont convergents. Pour la monarchie Hachémite, l'alliance turque équilibre également les menaces syrienne et irakienne." (p. 204)


Elise Ganem, L'axe Israël-Turquie, vers une nouvelle dynamique proche-orientale ?, Paris, L'Harmattan, 2005 :


"Tout d'abord, une des grandes motivations turques pour la conclusion des accords avec Israël est la lutte menée après 1995 à Hatay par le PKK. Yitzhak Rabin a commencé à négocier l'entente en 1994/1995 quand le PKK s'efforçait de s'infiltrer au Hatay, avec l'aide de la Syrie. Peu de temps après, le Chef des Armées, le Général Hüseyin Kivrikoglu, déclarait que le pays était « en état de guerre non-déclarée avec la Syrie ». Depuis longtemps la Turquie accuse la Syrie de soutenir les Kurdes du PKK, les Arméniens de l'ASALA et certains guérilleros de gauche. Le PKK s'est livré à de nombreuses attaques en territoires turcs entre 1980 et 1985, à partir de ses bases syriennes. On peut donc dire que le soutien syrien au mouvement kurde n'est pas nouveau et date au contraire du début de la lutte ouverte dans les années 1980. C'est le rêve de Grande Syrie qui motive l'attitude de Damas et qui pourrait se matérialiser si Israël lâchait le Golan et la Turquie le Hatay. Tel-Aviv et Ankara font ainsi partie d'une stratégie coordonnée de l'ennemi syrien qui cherche à batailler sur les deux fronts afin de concrétiser ses visées expansionnistes." (p. 118)

"De surcroît, il semblerait que les services secrets collaborent étroitement afin de maintenir Damas sous une surveillance continue. Ainsi, le quotidien The Economist racontait, dès 1998, que la Turquie recevait des informations détaillées sur le régime d'Assad par le Mossad. En outre, il est aujourd'hui quasiment sûr que du personnel des renseignements israéliens aurait accompagné les troupes turques en mai 1997 au nord de l'Irak pour y poser des postes d'écoute et ainsi mieux contrôler ce territoire. L'efficacité des services secrets israéliens est bien connue, et il est facile d'imaginer que leurs apports aux services turcs sont d'une valeur stratégique inestimable." (p. 127)

"Déjà en 1997, Benyamin Netanyahu annonçait publiquement, et sur une chaîne de télévision turque, son soutien à Ankara dans sa lutte contre le mouvement indépendantiste kurde dont il avait qualifié les actions de « terroristes » : « la Turquie a souffert des attaques terroristes du PKK et nous ne voyons aucune différence entre le PKK et ce dont Israël souffre ». La réponse du PKK ne se fit pas attendre, puisque moins d'une semaine après, un membre du Comité central déclara dans une conférence de presse tenue à Beirouth qu'Israël et ses représentations diplomatiques faisaient désormais partie des cibles du PKK. Quant à l'arrestation du leader kurde Öcalan au Kenya en 1998, il ne fait plus aucun doute qu'elle fut rendue possible grâce à l'action des services secrets israéliens. Le rôle d'lsraël dans la capture d'Öcalan lui valut les foudres des communautés kurdes dans le monde. En effet, les Kurdes organisèrent des protestations massives dans 20 villes européennes contre les missions diplomatiques grecques, kenyanes et israéliennes. Une attaque du consulat israélien de Berlin se solda d'ailleurs par la mort de trois militants kurdes. Pour signifier son soutien à la Turquie sur le dossier sensible du PKK, Ehoud Barak empêcha trois de ses ministres travaillistes de participer à une réunion, en juillet 1999, avec des représentants du Parlement kurde en exil." (p. 80-81)

"(...) la lutte fratricide du PDK et de l'UPK, en 1996, a renforcé le PKK. Depuis la signature des accords de 1996, Israël s'est engagé plus avant dans la lutte contre le parti d'Öcalan que le Premier ministre Mesut Yilmaz qualifiait, en octobre 1997, d' « organisation terroriste la plus dangereuse au monde ».

Israël et la Turquie se sont présentés conjointement comme les champions, au niveau moyen-oriental, de la lutte anti-terroriste menée depuis les attentats du 11 septembre 2001." (p. 43)


Voir également : La confrontation du MIT turc et du Mossad israélien avec le problème du terrorisme arménien

L'antisémitisme kurde

Paul Dumont, "Une source pour l'étude des communautés juives de Turquie : les archives de l'Alliance Israélite universelle", Journal asiatique, tome 267, 1979, p. 134 :

"18 mai 1895 Solimanieh Les Kurdes chiites font courir le bruit que des juifs ont blasphémé la religion musulmane. Emeutes."

Irak, 1941 : le soutien kurde au coup d'Etat pro-nazi et antisémite de Rachid Ali Gaylani

Edouard Sablier, "Les cinq Kurdistans", Revue de Paris, n° 6, juin 1959 :

"L'armée irakienne est intervenue à plusieurs reprises dans la vie du pays : chaque fois des officiers kurdes étaient au premier plan. En 1937, le général kurde Bekir Sidky, instaure sa dictature sur le pays. En 1941, c'est une brigade kurde qui appuiera le mouvement insurrectionnel de Rachid Ali ; en 1952, lorsque la rue se soulève à Bagdad, c'est l'armée qui écrase le mouvement : à sa tête, le général Mahmoud Salman, chef de l'Etat Major est kurde." (p. 128)

Benny Morris, Victimes : histoire revisitée du conflit arabo-sioniste, Bruxelles, Complexe, 2003 :

"En avril 1941 à Bagdad, les militaires irakiens, emmenés par le Premier ministre destitué Rashid 'Ali al-Kilani, se soulevèrent avec l'appui des forces de l'Axe. La Grande-Bretagne traversait une période de malchance : de Libye où il était stationné, l'Afrikakorps du général Envin Rommel pouvait envahir la vallée du Nil à n'importe quel moment. Eclipsant le régime hachémite pro-britannique, Rashid 'Ali recouvra ses fonctions de Premier ministre et offrit à l'Allemagne des bases aériennes et d'autres infrastructures. Mais le Reich, qui économisait ses forces en vue de l'assaut prévu contre la Russie, n'envoya qu'une escadrille de chasse.

Des centaines d'exilés palestiniens appuyèrent la révolte, parmi lesquels al-Husseini, qui semble avoir bénéficié du soutien financier du gouvernement irakien et de celui de Berlin. Dès que Bagdad fut tombée aux mains des rebelles, il lança une fatwa (décret religieux), appelant à la radio tous les musulmans à prendre part au djihad contre la Grande-Bretagne. Mais à part quelques émeutes en Syrie, il ne parvint pas réellement à embraser le reste du Levant. La réaction des Britanniques ne se fit pas attendre ; le pétrole et d'importantes voies de ravitaillement étaient en jeu. Le 18 avril, ils débarquèrent des troupes à Basra et marchèrent sur Bagdad. En même temps, une force mixte composée de légionnaires arabes et de troupes britanniques emprunta la voie terrestre au départ de la Transjordanie. Le 29 mai, la campagne avait pris fin, mais d'importants pillages eurent encore lieu ainsi qu'un pogrom contre les Juifs de Bagdad, les 1er et 2 juin, au cours duquel 120 personnes furent massacrées par des gens du pays." (p. 185)

"La violence générale à l'encontre des Juifs, apparentée aux pogroms qui se produisirent en Europe occidentale à la fin du Moyen Age ou en Europe orientale au cours des XIXe et XXe siècles, n'était pas répandue dans le monde musulman. Cependant, elle y survint quelquefois, généralement lorsqu'un Juif qui avait atteint une position élevée dans l'administration tombait en disgrâce, mourait ou attisait l'hostilité de musulmans envieux. En 1066, près de trois mille Juifs furent massacrés à Grenade, en Espagne. En 1033, quelque six mille Juifs furent assassinés à Fès, au Maroc, et les massacres recommencèrent en 1276 et 1465. En 1790, il s'en produisit encore au Maroc, à Tétouan ; en Perse, à Machhad et Barfurush, respectivement en 1839 et 1867 ; puis à Bagdad en 1828. En 1912, le quartier juif de Fès fut presque détruit par la foule arabe, et des bandes pro-nazies massacrèrent des dizaines de Juifs à Bagdad en 1941. A plusieurs reprises dans diverses régions du monde islamique, les communautés juives (contrairement aux dispositions de la dhimma) durent choisir entre la conversion ou la mort." (p. 24-25)

Voir également : Irak, 1941 : les Kurdes, "troupes de choc"... au service de l'Axe

Ils sont prêts à se prostituer pour n'importe quelle puissance extérieure : le terrorisme kurde dans le jeu des puissances de l'Axe (Italie et Allemagne)

Le racisme aryaniste des nationalistes kurdes

Le racisme aryaniste des nationalistes kurdes

Jordi Tejel Gorgas, Le mouvement kurde de Turquie en exil : continuités et discontinuités du nationalisme kurde sous le mandat français en Syrie et au Liban (1925-1946), Berne, Peter Lang, 2007, p. 227-228 :

"Les dirigeants kurdes [Khoyboun] et arméniens [Dachnak] tentent par ailleurs de convaincre le gouvernement iranien de soutenir la cause kurdo-arménienne au nom de la fraternité aryenne. Les plus grands défenseurs de cette « fraternité aryenne » sont les frères Bedir Khan, du côté kurde, et Roupen Ter Minassian, du côté arménien. L'idée d'une origine commune entre Kurdes et Arméniens n'était pas nouvelle. De même, l'idée de l'origine aryenne des Kurdes avait déjà été émise auparavant. En revanche, le projet d'union politique kurdo-arménienne justifiée par la filiation aryenne commune est un élément idéologique nouveau. En effet, l'objectif final de ces intellectuels est la création d'une « Confédération aryenne » formée par Arméniens et Kurdes. Pour assurer la survie de cette union des membres de la famille aryenne, la Perse est invitée à présider cette confédération.

Le projet de « Confédération aryenne » n'est cependant pas défini dans les détails. En outre, les autorités iraniennes auraient fait allusion aux propositions de Djeladet Bedir Khan déclarant qu'elles étaient « intéressantes mais utopiques ». Le but stratégique de cette démarche commune est évident car le Tachnak et la Ligue Khoyboun cherchent l'appui d'une force étrangère pour aider les rebelles regroupés autour du mont Ararat. (...)

Malgré la rupture des relations avec le parti Tachnak, les frères Bedir Khan continuent à clamer l'origine aryenne des Kurdes, en opposition aux Turcs (« Mongoles » ou « Tartares ») dans les brochures de la Ligue Khoyboun comme dans les revues qu'ils éditent.
De même, dans la revue officielle du parti Tachnak, Roupen Ter Minassian défend l'union des peuples aryens comme un contrepoids au nationalisme turc avant même la conclusion de l'alliance avec le Khoyboun, ce qui met en évidence un certain engagement intellectuel avec cette idée."

Voir également : Ils sont prêts à se prostituer pour n'importe quelle puissance extérieure : le terrorisme kurde dans le jeu des puissances de l'Axe (Italie et Allemagne)

Irak, 1941 : les Kurdes, "troupes de choc"... au service de l'Axe

L'instrumentalisation de la "carte kurde" par la Perse de Reza Shah Pahlavi