lundi 6 juin 2011

Le coup de force des Kurdes d'Arnouville

Le coup de force des Kurdes

Des milliers de personnes ont manifesté hier dans les rues d’Arnouville pour dénoncer les arrestations de samedi. De nouveaux incidents ont éclaté en fin de cortège.


FRÉDÉRIC NAIZOT | Publié le 06.06.2011, 07h00

La communauté kurde s’est mobilisée en masse à Arnouville hier. Environ 2000 personnes —1600 selon la police, 4000 selon les organisateurs — se sont rassemblées et ont manifesté dans l’après-midi dans les rues de la ville, au lendemain des affrontements avec les forces de l’ordre.

Il est 13 heures, lorsque les groupes arrivent les uns après les autres dans l’enceinte de la maison culturelle kurde d’Arnouville.

Là même où, la veille, vers 11 heures, les affrontements ont débuté avec les forces de l’ordre après l’opération de police menée par la brigade antiterroriste dans la maison culturelle kurde.

En une heure, c’est une foule compacte qui se presse dans la cour. Les pancartes sont à la gloire de leur leader, le fondateur du PKK Öcalan emprisonné en Turquie, et réclament sa liberté.
D’autres exigent la libération des prisonniers kurdes, ou montrent les photos des personnes blessées samedi par des tirs de flash-ball.

« Il y a quatre personnes à l’hôpital, dont mon frère », confie le président de l’association kurde d’Arnouville, Maxime Tosun. « En Turquie, nous, les Kurdes, subissons la guerre. Pourquoi cela en France, le pays des droits de l’homme? Cette opération de police aurait pu se dérouler gentiment. Mais ils ont provoqué tout le monde et poussé les jeunes. »

Azad, la trentaine, qui habite Villiers-le-Bel, regrette aussi la manière dont s’est déroulée l’intervention de la police. « Ils n’auraient pas dû rentrer comme cela, utiliser autant de force. Faire cela un week-end… On ne fait pas une descente dans une association. » Un autre jeune espère justement que la manifestation servira surtout à faire passer le message politique de la cause kurde et gommera les images de la veille.

Il est 14h30, le cortège descend bruyamment la rue Jean-Laugère, qui mène à la gare. La veille, des poubelles y avaient été incendiées et formaient des barricades, les policiers y étaient caillassés. Hier, le service d’ordre encadrait fermement la manifestation pour éviter tout nouveau débordement. Les commerçants étaient d’ailleurs plus rassurés : tous n’ont pas baissé le rideau de fer, contrairement à samedi… La manifestation s’est terminée par un rassemblement devant la gare, avec tous les manifestants montrant les doigts en forme de V. Hier, ils ont reçu le soutien de différents élus, Sylvie Jean, du PCF, mais aussi Didier Vaillant, maire PS de Villiers-le-Bel, et François Pupponi, le député-maire PS de Sarcelles. « Pour que votre combat soit reconnu, y compris en France, votre manifestation doit se dérouler dans le calme, a lancé ce dernier. On compte sur vous! »

Mais à 16h30, une cinquantaine de casseurs ont brisé les vitres de cinq voitures stationnées dans la rue Laugère, ce qui a déclenché l’intervention immédiate des forces de l’ordre qui ont procédé à huit interpellations. Tous ont été placés en garde à vue.



Le Parisien
Source : http://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/le-coup-de-force-des-kurdes-06-06-2011-1482295.php