vendredi 25 février 2011

Nord de l'Irak : manifestations contre Barzani et Talabani

Irak: un manifestant tué, 30 blessés
AFP
17/02/2011 | Mise à jour : 15:46

Une personne a été tuée et au moins 30 ont été blessées aujourd'hui par balles lorsque des manifestants ont tenté de prendre d'assaut dans le Kurdistan irakien le siège du Parti Démocratique du Kurdistan (PDK) de Massoud Barzani, a annoncé un médecin. A l'appel de l'Organisation de défense des droits et de la liberté, près de trois mille personnes, en majorité des jeunes entre 16 et 30 ans, ont défilé en direction des sièges du PDK et de l'Union Patriotique du Kurdistan (UPK de Jalal Talabani), aux cris "Gouvernement Démission" "Du travail pour les chômeurs", "Les corrompus devant la justice".

Des manifestants ont alors jeté des pierres sur le bâtiment et lorsque certains ont tenté de prendre d'assaut le siège du PDK, des gardes ont tiré en l'air puis des membres de services de sécurité du PDK et de la police ont pris position dans la rue. "Nous avons reçu un mort et plus de 30 blessés par balles", a indiqué un médecin responsable des services de santé de la province de Souleimaniyeh, au nord de Bagdad, où a eu lieu la manifestation.

Le journaliste de l'AFP a vu quatre personnes, blessées au bras et à la jambe, transportées en ambulance vers les hôpitaux. Mohammad Toufic, porte-parole du parti Goran, en dissidence avec les partis traditionnels kurdes UPK et PDK et qui compte huit députés au Parlement de Bagdad, a affirmé que sa formation "n'était pas impliquée dans cette manifestation et demandé aux gens de rester calmes".
Source : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/02/17/97001-20110217FILWWW00564-irak-1-manifestant-tue-30-blesses.php

Irak: les manifestants ne désarment pas au Kurdistan, 27 blessés à Halabja

SOULEIMANIYEH (Irak) - Environ 4.000 personnes ont manifesté mardi à Souleimaniyeh, au Kurdistan irakien, contre les deux partis traditionnels de cette région, alors qu'au moins 27 autres étaient blessées dans la ville voisine de Halabja dans des affrontements.

Le mouvement de contestation sociale en Irak s'est étendu jeudi dernier au Kurdistan, où des manifestations ont lieu contre l'omniprésence des deux grands partis, le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) et l'Union patriotique du Kurdistan (UPK), notamment à Souleimaniyeh (270 km au nord de Bagdad).

Au moins 27 personnes, dont 26 policiers, ont été blessés à Halabja, à 50 km à l'est de Souleimaniyeh, lors d'affrontements entre des manifestants et les forces de sécurité, a indiqué à l'AFP une source médicale de cette ville qui avait été gazée en 1988 par Saddam Hussein.

Des témoins ont affirmé que les manifestants avaient tenté de prendre d'assaut un siège du PDK du président de la région autonome Massoud Barzani. La police les en a empêchés et les manifestants leur ont alors jeté des pierres.

Des sources médicales avaient fait état plus tôt de huit blessés, dont six policiers.

"N'oubliez pas ce qui est arrivé à (Hosni) Moubarak", pouvait-on notamment lire sur des banderoles, en allusion à la chute de l'ancien président égyptien après un soulèvement populaire.

"Nous continuerons à manifester jusqu'à ce que les hommes politiques s'engagent à un réel changement", a déclaré Kardo Karim, un manifestant de 35 ans.

A Souleimaniyeh, la seconde ville de cette région autonome, près de 4.000 personnes se sont retrouvées place Tahrir pour fustiger la corruption et le mode de gouvernance du PDK et l'UPK du chef de l'Etat irakien Jalal Talabani.

Depuis jeudi, à Souleimaniyeh, trois jeunes ont été tués et plus d'une centaine ont été blessés dans des accrochages avec les forces de sécurité et des gardes du PDK.


Lundi, le Premier ministre de la région Barham Saleh avait affirmé: "nous respectons la liberté individuelle mais à condition qu'elle s'exerce dans le cadre de la loi et nous nous opposerons à tout élément qui veut semer le chaos et provoquer des émeutes".

Le principal parti d'opposition, Goran, dont plusieurs bureaux ont été brûlés ces derniers jours, avait quitté la réunion car il exigeait le début de réformes avant la fin de la contestation alors l'UPK et le PDK exigeaient le contraire.

(©AFP / 22 février 2011 19h24)
Source : http://www.romandie.com/infos/news2/110222182412.5r9pgtu3.asp

Irak: un policier tué lors d'une manifestation à Halabja

SOULEIMANIYEH (Irak) - Un policier a été tué et un autre blessé mercredi à Halabja, au Kurdistan, lors d'une manifestation contre les deux partis traditionnels de cette région du nord de l'Irak, a indiqué le maire de la ville.

"Un policier a été tué et un autre a été blessé par les tirs de manifestants qui avaient des armes. Ils n'étaient pas d'ici, c'étaient des Arabes", a affirmé Goran Adham, membre de l'Union patriotique du Kurdistan (UPK) dirigé par Jalal Talabani, président de la République.

"Nous disposons de vidéos prouvant qu'ils étaient armés", a-t-il précisé aux journalistes.

Mais cette version est totalement démentie par les manifestants. "Nous n'avons pas d'armes. Ce sont les policiers qui ont tué un de leurs collègues et blessé un deuxième en tirant en l'air", a affirmé l'un d'eux, qui a tenu à garder l'anonymat par peur d'être arrêté.

"Les manifestants se sont rassemblés vers 14H00 (11H00 GMT) sur la place Hourriya, au centre de Halabja, puis se sont dirigés vers la mairie. J'ai entendu des tirs sans pouvoir en identifier la provenance et je me suis enfuie", a raconté à l'AFP une journaliste de l'hebdomadaire indépendant Awene.

Un médecin de l'hôpital de Halabja, à 50 km à l'est de Souleimaniyeh, a indiqué avoir reçu le corps d'un policier et prodigué des soins à un policier blessé par balle et quatre manifestants frappés à coup de bâton.

Il s'agit du second jour d'affrontements dans cette ville qui avait été gazée en 1988 par Saddam Hussein. Mardi, selon le maire, 32 policiers avaient été blessés.

Des témoins avaient affirmé que les manifestants, qui réclament la chute du gouvernement régional et la fin de la corruption, avaient tenté de prendre d'assaut un siège du Parti démocratique du Kurdistan (PDK) du président de la région autonome Massoud Barzani. La police les en a empêchés et les manifestants leur ont alors jeté des pierres.

Par ailleurs, comme ils le font depuis une semaine, 3.000 manifestants se sont rassemblés dans l'après midi à Souleimaniyeh pour réclamer la démission du gouvernement régional, la lutte contre la corruption et la traduction en justice des responsables de la mort de trois jeunes manifestants tués dans des accrochages avec les forces de sécurité et des gardes du PDK.

Ils scandaient: "Où est le président de l'Irak? Où est le président de la région?".

Lundi, le Premier ministre kurde, Barham Saleh, avait affirmé: "nous respectons la liberté individuelle, à condition qu'elle s'exerce dans le cadre de la loi; nous nous opposerons à quiconque veut semer le chaos et provoquer des émeutes".

Le principal parti d'opposition, Goran, dont plusieurs bureaux ont été brûlés ces derniers jours, avait quitté la réunion car il exigeait le début de réformes avant la fin de la contestation alors l'UPK et le PDK exigeaient le contraire.

(©AFP / 23 février 2011 17h08)
Source : http://www.romandie.com/infos/news2/110223160841.sjokoxf9.asp